Traduction assermentée

Tout ce que vous devez savoir sur la traduction assermentée

Notre agence de traduction réalise des traductions assermentées uniquement pour les professionnels.

On réalise une traduction assermentée pour authentifier un document original rédigé dans une langue étrangère. D´une façon générale, on peut donc assermenter n´importe quelle traduction de document à des fins d’authentification. Mais tous les documents officiels ou déclarations qui selon la loi doivent être inscrits dans un registre public (passeport, permis de conduire, certificat de mariage, diplômes, cadastre, documents d´état civil, acte notarial, etc.) ou s’ils doivent être produits devant une juridiction nécessitent une traduction assermentée s’ils sont dans une langue étrangère. On vous la demandera, sauf rares exceptions, de façon systématique.
Oui, le traducteur assermenté doit posséder une qualification professionnelle, doit être inscrit sur une liste d’experts d’une Cour d’appel et est soumis à une obligation légale de formation continue. Le décret n° 2004-1463 du 23.12.2004 oblige les experts inscrits sur une liste d´expert de cour d´appel à suivre des formations spécifiques afin d´assurer qu´ils disposent des connaissances nécessaires à l´exercice de leur fonction. Par ailleurs, ils doivent demander et justifier de leur réinscription sur cette liste tous les 5 ans.
Il faut tout d´abord que le traducteur expert soit inscrit auprès d´une Cour d´appel sur une liste officielle. Tout traducteur assermenté par le tribunal est habilité à remettre une traduction dite « certifiée » ou « jurée ». Il s´agit d´une traduction contenant une déclaration (formule finale du type « traduction certifiée conforme à l´original libellé en langue … » par exemple) du traducteur sur son cachet, suivie de sa signature.

Il n´existe toutefois pas de modalités précises et uniques pour l´authentification d´une traduction et la forme de l’authentification peut varier d’un traducteur à l’autre. Le traducteur doit tout d´abord veiller à ce que la traduction puisse faire l’objet d’une vérification aisée par le destinataire de celle-ci. Cela signifie que la mise en page du texte original sera maintenue généralement (mais pas nécessairement) pour le texte traduit. Il doit être mentionné qu´il s´agit d´une traduction et la langue du document source doit également être signalée. Les éléments non traduits, comme la signature ou le sceau, sont repris en général entre crochets, par exemple : [signature (avec parfois la mention illisible)], [sceau et légende]. Cette déclaration du traducteur prouve que le texte traduit est une reproduction fidèle, de la langue source en la langue cible, du texte original ou d´une copie (accompagnant la traduction). Cette déclaration figurant sur le cachet du traducteur reprend les données suivantes : nom, prénom(s), la mention « traducteur expert » et la ou les langue(s) pour lesquelles le traducteur est assermenté.

Non, le titre de traducteur assermenté permet d´assermenter valablement la traduction de documents sur la France entière.
En tant qu’agence spécialisé nous faisons toujours appel aux traducteurs assermentés des listes officielles. En passant par notre agence le tarif n’est pas forcément plus élevé, nous avons des tarifs préférentiels avec nos traducteurs. Nous travaillons depuis de longues années avec nos traducteurs que nous avons sélectionnés minutieusement, ainsi nous pouvons choisir la personne adéquate pour réaliser votre traduction et vous livrer une prestation de qualité. Un traducteur expert assermenté ne peut être un spécialiste dans tous les domaines et c’est pourquoi il incombe à notre équipe de chefs de projet de faire le bon choix parmi nos spécialistes.
Il n´est pas nécessaire de le faire. Le traducteur, à la fin de la traduction, apposera son tampon mentionnant qu’il a traduit un document source portant un certain numéro et une certaine date et apposera le même tampon sur le document source avec mention du même numéro et de la même date. Cependant, pour démontrer que la traduction correspond à ce document source, il faudra que le client présente les deux pièces à l´organisme qui requiert la traduction. Une solution plus pratique, lorsqu’on ne veut pas fournir le document source original par crainte d´une perte ou d´une dégradation (comme dans le cas des diplômes), consiste à faire une photocopie du document original, de la faire authentifier par un notaire, un tribunal ou un commissariat de police (selon la ville) et la remettre au traducteur pour qu´il l’utilise pour la traduction et y appose son tampon au lieu du document original. Si le client n´authentifie pas la photocopie, le traducteur utilisera la photocopie comme s’il s’agissait pour lui d’un original, au risque pour le client de se voir éventuellement refuser la production de la traduction par l’organisme qui lui réclame.
L’apostille est le nom donnée à la certification des documents émanant d’une autorité ou certifiés par une autorité française destinés à être produits à l’étranger et des documents publics étrangers qui doivent être produits en France. L’apostille a pour but de vérifier l’authenticité de la provenance d’un acte public, de l’authenticité de la signature de la personne qui l’a délivré et de vérifier également la compétence de cette dernière à en faire des copies. Elle s’obtient en France, auprès de la Cour d’appel où ont été établis les documents du domicile des requérants.
Les traductions assermentées exigent une très grande rigueur et précision car elles sont le plus souvent destinées à être produites en justice ou à servir de référence pour les personnes qui en font la demande, par opposition aux traductions libres qui sont souvent demandées pour simple information. La moindre imprécision peut dès lors avoir des conséquences importantes. Elles nécessitent un approfondissement et une relecture supplémentaire et donc un temps de réalisation plus important, d’où la majoration de leur coût.
  • Domaine juridique

  • Traduction de contrat

  • Traducteur juridique

Demande de devis