redaction1

Transcription et retranscription de débats

La Transcription est une reprise formelle du discours. Fidèle à la forme orale, elle reproduit le discours original en le corrigeant des marques d’hésitation et des erreurs de syntaxe.

Nous pouvons rédiger vos transcriptions en français ou en anglais.
Pour en savoir davantage sur les méthodes de transcription et le travail de nos transcripteurs , cliquez ici.

  • Transcription

Exacte retranscription de ce qui a été dit.

Exhaustivité : @ @ @ @

Efficacité opérationnelle : @

Nombre de pages du document final :
18 à 22p/heure
Délai de remise pour 5 heures de réunion :
10 à 12 jours

  • Transcription d'un discours

258 mots
Chantal MARTIN

  • Bonjour à tous. Bonjour. Merci de prendre place. Vous m’entendez ? On m’entend ? Je crois que nous pouvons commencer. Commençons, alors. Madame la Conseillère, chère Camille Dupond, Mesdames et Messieurs les Parlementaires, Mesdames et Messieurs, les participants de la journée d’hier ont pu apprécier qu’elle avait été largement inspirée par un esprit créatif et, aussi, prospectif. Aujourd’hui, vous abordez, nous abordons la deuxième journée de cette Rencontre régionale concernant le débat national sur les énergies. Cette journée sera consacrée particulièrement à l’énergie nucléaire. Et je ne doute pas un instant que ce même esprit créatif nous animera. Les cinq premières Rencontres que nous avons eues ont mis en évidence, clairement, l’enjeu de ce débat : la croissance continue de notre consommation d’énergie n’est pas durable. Pour des raisons environnementales, des raisons environnementales qui sont tout à fait évidentes. Ce sont, d’abord, les dégâts écologiques des catastrophes maritimes dues au transport de pétrole, qui ont frappé si durement, et d’ailleurs qui continuent encore de frapper – malheureusement, je devrais d’ailleurs dire, malheureusement – qui continuent encore de frapper les belles côtes de cette région. Il faut absolument que ces catastrophes soient maîtrisées, absolument. Comme vous le savez, au niveau européen, le Gouvernement a notamment veillé à accélérer le contrôle des matières à risque. Ce sont les émissions de gaz à effet de serre, qui augmentent dans des proportions vertigineuses. Leurs conséquences sur le changement climatique et le réchauffement de la planète sont, et ce n’est rien de le dire, seront un désastre si nous ne faisons rien, un désastre programmé.

  • Transcription des débats d'un comité d'entreprise

561 mots

  • M. DUPONT

    Bon, maintenant, je crois que ce serait bien de laisser la parole aux organisations syndicales, vous ne croyez pas ? Je la reprendrai ensuite, si ça ne vous dérange pas. Alors ?

     

    M. DURAND

    Ça marche. On va commencer en faisant un tour de table, c’est sans doute le plus simple à faire. La CGC, vous souhaitez vous exprimer sur cette consultation ?

     

    M. LEBLANC

    J’ai des choses à dire, oui, mais ça va être court et simple. Au mois de décembre, on a clairement affiché notre position sur tous nos panneaux, de toute façon. On a communiqué, on a dit ce qu’on pensait. Ca veut dire qu’on considère que l’information a eu lieu, même si certains ne sont pas d’accord sur le contenu et les réponses. Bon.
    Aujourd’hui, y a une remontée de l’impatience à l’intérieur de certains établissements, en particulier ceux de ma filiale, que je connais le mieux. Les gens ont peur du retard qu’on pourrait prendre en fonction des affaires et des métiers qui se déclenchent, aussi bien au niveau de la filiale X qu’à Rueil. Ils commencent à craindre, j’ai l’impression. Et puis nous avons fait le tour de tous les établissements de cette filiale. Il y a un ras-le-bol général. Et vraiment, sincèrement, j’ai honte de la position que je suis obligé de prendre à chaque fois que je rentre du CCE. Vous voyez ce que je veux dire ? Je dois presque me cacher pour ne pas devoir dire que je ne sais rien. C’est fou ! Bon… Vous voyez, on vous a écrit ce jour que nous ne vous donnons pas à vous, Direction de Y, un blanc-seing, c’est clair. Vous avez employé les termes que vous vouliez employer, vous avez fait passer les messages que vous souhaitiez faire passer. Ok, on n’en parle plus. Bon… Aujourd’hui, notre vote, ce n’est pas un blanc-seing que nous vous donnons. Ce que nous considérons, par contre, c’est que la vente a eu lieu et que nous pouvons difficilement revenir dessus. Toutes les organisations syndicales, en organisations responsables, devront s’engager au sein de chaque secteur pour remplir notre job, qui n’est plus applicable ici aujourd’hui. C’est impossible et c’est clair, nous le voyons bien aujourd’hui… C’est à l’intérieur des secteurs qu’on fera notre travail et qu’on défendra ce qu’on a à défendre. Aujourd’hui, nous vous avons écrit, pour reprendre les termes exacts, que la filiale Z est morte, la filiale Y est morte, que la filiale X est morte. Tout est mort ! Mais ne vous inquiétez pas, on est prêt à travailler dans l’entreprise. Voilà, c’est ce que j’avais à dire. C’est important.

    M. DURAND

    Merci. CFTC.

     

    M. LENOIR

    Oui. Alors moi, je dirai la chose suivante : il y a eu une décision de tribunal, n’est-ce-pas ? Bon. Alors, dans son arrêt du 18 janvier ? c’est bien ça, je crois, la bonne date ?, le Tribunal de Grande Instance de Nanterre a estimé utile que les parties se retrouvent au tribunal dans une semaine, le 27 janvier, après la réunion de ce jour. Je n’invente rien, vous le savez ? Vous le savez. Oui. Bon. Pour nous, la volonté du juge d’une concertation en audience doit être respectée. En conséquence, la CFTC, qui n’a pas varié dans ses intentions, n’entend pourtant pas se prononcer formellement avant cette date. C’est tout.